Curepipe île Maurice, Sainte ThérèseCurepipe île Maurice, Sainte ThérèseCurepipe île Maurice, Sainte Thérèse
Curepipe île Maurice, Sainte Thérèse

Curepipe, île Maurice : la fraicheur en permanence

Curepipe île Maurice, Sainte Thérèse

La ville de Curepipe, île Maurice n’est pas en elle-même une ville touristique. Cependant, contrairement à ses pairs, Curepipe possède plusieurs attractions touristiques, dont le fameux des fameux, Trou-aux-Cerfs. Officiellement, la ville de Curepipe s’étend sur superficie de 23,8 kilomètres dans les hautes Plaine Wilhems. Et oui, Curepipe se pointe à 561 mètres d’altitude et est sans aucun doute parmi les plus grandes villes du pays.  Sa position géographique fait de cette ville, une ville reconnue pour son climat de fraicheur en permanence, où la grisaille persiste souvent.  

En remontant les origines, le nom de la ville, viendrait comme ailleurs de la France. Curepipe signifierait, selon plusieurs sources, curer sa pipe qui voulait dire, nettoyer la pipe. Aujourd’hui la ville de Curepipe est habitée par une population estimée à 80 000 habitants et est administrée par le conseil municipal de Curepipe. En dehors de ses fantastiques lieux touristiques, Curepipe est économiquement active avec la présence de plusieurs restaurants, d’hôtels, de centre commercial, de boutique artisanat… Bref, pour faire court, on ne risque pas de s’ennuyer à Curepipe. 

Curepipe est également l’une des rares villes qui possède des sous villes. On en relève au moins une bonne dizaine des faubourgs curepipienne qui vaut le détour, ils sont :

  • Allée Brillant
  • Cité Atlee
  • Couvent de Lorette
  • Curepipe Road
  • Eau-Coulée
  • Floréal
  • Forest-Side
  • Malherbes
  • Wooton
  • Camp Caval
  • Robinson
  • Les Casernes
  • Route du Jardin
  • Labrasserie
  • Camp Pierrot

Trou aux Cerfs : attraction majeure de Curepipe, île Maurice

Cet endroit nous fait témoigner le passé volcanique de l’île. Du haut de ses 605 mètres d’altitude, Trou aux Cerfs veille sur Curepipe. Si les joggers sont nombreux à faire le tour du cratère, plus rares sont ceux qui en visitent le fond. Et pour cause, il est désormais presque inaccessible. Il y a huit millions d’années, la terre brûlante déversait sa lave dans l’océan Indien, jusqu’à donner naissance à notre jolie île. Si aujourd’hui Maurice n’enregistre plus d’activité volcanique, son paysage porte en lui les traces de son histoire géologique avec ses 300 mètres de diamètre et ses 80 mètres de profondeur, le cratère de Trou-aux-Cerfs en est la preuve. Une végétation aussi éclectique que luxuriante a envahi le cratère et ses flancs. Suivant une piste aménagée, on peut en faire le tour, et profiter des petits kiosques pour admirer le paysage.

Trou aux Cerfs, Curepipe île Maurice
Photo par Nashad Rujobolly

En contrebas, la ville de Curepipe vaque à ses occupations, tandis qu’à l’ouest se dresse dans le ciel la montagne des Trois-Mamelles et le mont Saint-Pierre. La nuit, on peut apercevoir les lumières de l’île de la Réunion. Mais quand on se penche vers le cœur du cratère, l’eau a remplacé la lave, et le cœur du cratère abrite un petit lac. Difficile de résister à la tentation de s’enfoncer dans la végétation pour rejoindre cette oasis de paix plus bas. Pour s’y aventurer, il faut se frayer un chemin à travers un rideau végétal, et prendre garde à ne pas glisser : la pente est très raide et… très boueuse ! Une fois en bas, la prudence est toujours de mise. Le sol est marécageux, et l’on distingue mal la limite entre l’eau et la terre ferme. Quant à une petite baignade dans le lac, l’idée est à exclure. Le baigneur imprudent risquerait de rester coincé par la vase…

Domaine des Aubineaux

Le manoir du Domaine des Aubineaux a été construit en 1872 dans un style colonial classique ; en 1889, il fut la première résidence de l'île à être équipée d'électricité. Aussi appelé la demeure des Aubineaux puisqu’elle appartenait à la famille Aubineaux, cette maison a été fabriquée en bois de l’époque et la maison est surmontée de jolies tourelles qui lui confèrent une allure imposante et impressionnante. Pendant les travaux de rénovations récemment, les propriétaires n’ont rien voulu changer. De ce fait, la maison conserve encore ses meubles et tableaux antiques. Lors d’une visite, vous aurez le charmant accompagnement d’un guide qui vous aidera dans cette espace de vie où vous découvrirez le passé formidable d’une famille mauricienne. Vous pourrez également déguster de plats mauriciens délicieux à la table du restaurant, sur la terrasse de la demeure qui surplombe un magnifique jardin verdoyant.

Domaine des Aubinaux, Curepipe île Maurice

Hôtel de Ville

L'Hôtel de Ville surplombe un petit parc au centre de Curepipe, île Maurice. L'Hôtel de Ville est l'une des structures mauriciennes les mieux conservées de l'époque coloniale. Cependant, des travaux de rénovations majeurs sont en train d’être fait sur place et le site est fermé au public.

Voiliers de l'Océan

Les voyageurs à la recherche de salles d'exposition et d'ateliers de maquettes de bateaux devraient s'arrêter aux Voiliers de l'Océan. Environ 200 modèles sont produits par mois.

Galerie des Îles

La Galerie des Îles offre une généreuse sélection de modèles et d'artisans locaux dans plus d'une douzaine de boutiques.

Jardins botaniques

Le jardin botanique de Curepipe, île Maurice, a vu le jour en 1870. Ce sont des descendants de colons français qui l’ont aménagé avec une myriade de plantes exotiques et endémiques des Mascareignes. Étendu sur une superficie de deux hectares, ce jardin héberge d’imposants palmiers, une multitude de lataniers et fougères rares, d’immenses tambalacoques, des bois d’olive et des bois de natte, qui s’élèvent au cœur d’une végétation luxuriante.

Monvert Nature Park

Monvert Nature Walk a une série de sentiers s'étendant sur plus de 73 Ha et un excellent arboretum et de fougères. L'arboretum est dédié aux espèces endémiques et abrite de nombreuses espèces en danger critique d'extinction que vous ne verrez nulle part ailleurs. Les sentiers commencent deux kilomètres plus loin sur la même route que le centre d'accueil des visiteurs, où vous pouvez obtenir des informations et une carte.

Les sentiers - il y a deux sentiers officiels - sont bien balisés et faciles à suivre. Ils vous emmènent à travers les marais, le long des allées piétonnières et sur des sentiers taillés dans la forêt de croissance secondaire. Ils ne sont pas bien ombragés. Le départ du sentier a un joli pavillon près d'un petit lac qui est idéal pour la lecture ou un pique-nique.

Église Sainte Thérèse

Située juste en face de l'entrée et de la municipalité de Curepipe, l'église Sainte-Thérèse est une magnifique architecture qui a connu de nombreux changements au fil du temps. Aujourd'hui, si nous regardons l'église, nous constatons à quel point l'édifice a été aménagé.

Eglise Sainte Thérèse, Curepipe île Maurice

Construite en 1868, l'Église catholique a été un bâtiment emblématique de la ville de Curepipe, principalement pour le centre-ville. Il existe aussi l'église Sainte Hélène qui se trouve à l'entrée de la ville par le nord et ces deux églises sont magnifiques en architecture. Sainte Hélène a été construite en 1922, bien plus tard après l'église Sainte Thérèse.

Le point histoire de la ville de Curepipe, île Maurice

Les premiers habitants des Plaines Wilhems s’établirent dans la partie basse du district qui doit son nom à Wilhelm Leichnig, un Allemand qui vécut dans l’île entre le départ des Hollandais et l’arrivée des Français.

Au 18ᵉ siècle, seule la région de Mesnil était habitée, mais il n’en était pas de même pour la zone forestière située plus au sud. Au début du 19e siècle, l’administration britannique décida de construire une route reliant Port-Louis à Mahébourg et les plans indiquaient que cette zone inhabitée était traversée par un petit chemin forestier était peu praticable.

Toutefois, pour les voyageurs, cela restait le chemin le plus court entre le nord et le sud et ils avaient pris l’habitude de faire halte là où un ruisseau traverse la route, pour se désaltérer et se reposer, après de longues heures de marche. Selon la légende, les hommes en profitaient pour curer leur pipe. C’est ainsi que le nom de Curepipe fut retenu pour ce lieu.

C’est la construction de la route reliant Port-Louis à Mahébourg qui allait changer le destin de la ville de Curepipe. À son achèvement en 1825, la nouvelle route devint le passage obligé des voyageurs. Quelques habitations furent installées sur les hauteurs et un hôtel de relais y vit le jour. Il s’était installé dans l’ancien poste militaire qui avait abrité les troupes chargées de la construction de la route. Par la suite, plusieurs autres hôtels du même genre furent aménagés, mais Curepipe resta un simple relai de diligence jusqu’à l’ouverture d’une gare ferroviaire en 1865.

À partir de là, la population augmenta sensiblement et Curepipe commença à se transformer en village. Les habitants se répartissaient autour de la gare et dans quelques maisons éparpillées aux alentours. Curepipe avec son climat frais, l’endroit était idéal pour échapper aux moustiques et aux fièvres. La population grandit rapidement et Curepipe obtint finalement son statut de ville. 

© Copyright 2022 -  infoilemaurice.com
Sitemap